Rendemol

Ajouté le lundi 4 juin 2007 : BNN et Endemol ont maintenant révèlé que cette annonce était un canular destiné à sensibiliser l’opinion au don d’organes. Parée de ce noble objectif, l’initiative mérite toujours exactement les mêmes commentaires et les mêmes mesures.

Le Monde s’émeut de ce que la chaîne de télévision néerlandaise BNN s’apprête à diffuser une émission de téléréalité conçue par Endemol, dans laquelle des receveurs en attente de greffe tenteront de convaincre une malade terminale de leur donner un rein. Les téléspectateurs pourront conseiller celle-ci en lui adressant des textos. C’est effectivement assez dégoûtant. Mais l’indignation ainsi créée va sans doute trouver de mauvais exutoires. Le premier est bien sûr celui de la fascination recherchée par Endemol et BNN. Le second est celui de tous ceux qui conclueront qu’il faut encadrer ces dérives télévisuelles en leur assignant des limites éthiques. Cette approche néglige un élément essentiel : l’extrême atteint par Endemol constitue la réalité d’un modèle de médias, pas une forme pathologique de celui-ci. Ce modèle de médias doit être défini précisément : il s’agit de la télévision de flux (diffusant à tous ses récepteurs le même programme) financée par des revenus indexés sur l’audience à un instant donné du programme (principalement la télévision à financement publicitaire). Ne nous indignons donc pas de ce que nous tolérons depuis des décennies. Plutôt que de perdre du temps, frappons le modèle au coeur. Taxons sévèrement les revenus des médias qui utilisent ce modèle, et boycottons-les, ainsi que leurs annonceurs lorsque c’est possible. Soutenons au contraire les médias audiovisuels qui n’ont pas les mêmes tares, ceux qui respectent la diversité des sources et celle des attentes, qui n’installent pas les spectateurs dans des positions de réception pure ou pire encore de participation à l’abaissement des autres et au leur.
Added on Monday 4 June 2007: BNN et Endemol now revealed that this was a fictitious plan and that their aim was to make the public more aware of the stakes of organ donations. Painted with this noble objective, the initiative still deserves exactly the same comments and the same response.

BBC relays outcries generated by the coming broadcast on the Dutch channel BNN of a reality-TV show designed by Endemol. Patients in need of a kidney transplant will compete to obtain a kidney donation from a terminally ill woman. Viewers will be able to advise the « donor » by sending her SMS. It’s indeed pretty disgusting. However, the outrage thus generated will likely produce bad outcomes. The first one is the fascination that is searched for by Endemol and BNN. The second will result from all those who will consider that these abusive TV contents must be regulated against by defining ethical limits. Such an approach ignores an essentiel element: this disguting production is the pure expression of a media model, not some pathological form of it. This is the true nature of centralised broadcast when its revenues depends on obtaining a maximum audience at a given time for the same programme. Let’s not become indignant against what we have tolerated for tens of years. Rather than losing our time, let’s hit this model at its heart. Let’s tax strongly media activities that use this model, let’s boycott them and their advertisers (when feasible). And let’s on the contrary support those audiovisual media that do not have the same flaws, that respect diversity of sources and diversity of interests of viewers. Let’s support media which do not install viewers in a pure reception mode, or even worse into the simulated participation to the degradation of others and their own.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires