Hep, vous là !

Et oui, je vais encore vous bassiner avec le besoin de soutenir d’urgence (= dans les 5 jours qui restent à l’année) La Quadrature du Net. Non, ne vous en faites pas, tout va bien. L’économie va connaître une nouvelle phase de croissance ultra-inégalitaire en attendant la prochaine période de crise ultra-inégalitaire, l’ignorance du changement climatique croît au même rythme que l’évidence de ses effets, le gouvernement, avec l’aide de tous les systèmes bureaucratiques et législatifs que nous avons laissé s’installer, piétine les droits fondamentaux de toutes les populations fragiles (étrangers, sans logis, chômeurs, jeunes, malades du quotidien, etc.), le développement de l’informatique et les réseaux est dirigé de façon à se débarrasser des êtres humains et de leur manie de poser des questions au lieu de les aider à penser, créer et débattre. Des petits problèmes de rien du tout. Et puis, La Quadrature du Net, à part de mettre un peu de poil à gratter dans le dos de la bêtise artificielle et de la transformation de l’internet en télévision, qu’est-ce qu’ils font ?

La Quadrature du Net, ça coûte 400 000 € par an. Pour payer des gens à faire des machins que vous n’avez peut-être pas envie de vous cogner le week-end genre comprendre ce qui se cache derrière 50 considérant ou 400 amendements à un texte sur le futur des télécommunications, informer jour après jour sur ce qui se joue pour les droits fondamentaux dans les presque deux dizaines de lois sécuritaires de ces dernières années et mobiliser les derniers remparts juridiques qui existent encore pour empêcher que ce soit pire. Mais pas seulement cet évitement du pire. Lisez notre revue stratégique, il s’agit aussi d’aider des dizaines d’organisations à travailler ensemble et permettre à ceux qui le souhaitent d’apprendre à contribuer par eux-mêmes à la compréhension des enjeux complexes, identifier et soutenir les projets techniques vertueux comme ceux de nos amis de Framasoft. C’est aller à la rencontre de ceux dont nous partageons les buts mais avec qui au départ il semble y avoir des désaccords et débroussailler le terrain de ce qui nous séparait apparemment à propos de telle ou telle mesure pour éviter qu’internet ne serve d’amplificateur à la haine ou de ce qu’ils voient chez nous comme une naïveté à l’égard du numérique que pourtant nous n’avons cessé de problématiser : les groupes de lutte contre les discriminations, les techno-critiques. Et ça marche, nous en sortons enrichi.es et coalisé.es.

Pour que La Quadrature continue à faire cela et ce qu’elle inventera demain, il faut que nous recevions plus de 80% de notre budget de vos dons (330 000 €1). Et rappelez-vous, l’État nous a refusé le bénéfice du rescrit fiscal qui rendrait vos dons déductibles fiscalement, donc ne comptez que sur vous. Maintenant, je ne vous refais pas le coup du on va mourir. Grâce à votre soutien des dernières années, La Quadrature du Net a mis de côté une réserve de 80 000 € pour des temps (encore plus) mauvais. Et on a 60 000 € de trésorerie. Mais il vaudrait vraiment vraiment mieux que la réserve on n’ait pas à y puiser dans l’année qui vient. Cela veut dire qu’il faut au moins 70 000 € de plus que ce que nous avons récolté jusqu’à présent. Ça urge. Merci d’avance. Ah au fait, je ne suis plus président de l’association La Quadrature du Net (il y en a deux maintenant : Félix Tréguer et Benjamin Bayart), ni même membre de son bureau même si je continue à contribuer à son travail. Alors je m’adresse aussi cet appel. J’y vais tout de suite. C’est ici.

  1. Je sais la jauge de la campagne de dons indique qu’il nous faut 320 000 € mais l’évolution du cours de l’euro explique la différence. Le reste vient d’une subvention en baisse progressive des Open Society Foundations. []

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires