Un petit sursaut, s’il vous plaît

La situation est surréaliste. Le conseil européen a adopté un « compromis » qui consiste à baisser le budget européen de 11% sur la période 2014-2020 en le ramenant de 1,12% du PIB à 1% du PIB. François Hollande présente ce résultat comme le meilleur qui pouvait être atteint. Le parlement européen quant à lui est presque unanime dans son refus d’entériner un tel budget. Et voilà que se déchaîne une pression sur le parti socialiste pour qu’il appelle les parlementaires européens français du groupe S&D à adopter ce budget. Et il semble bien que les autorités du parti soient prêtes à obtempérer dans la plus pure tradition godillotte. Or l’ensemble des tendances qui composent ce parti ont les meilleures raisons de le rejeter, ceux qui sont favorables à un renforcement de la construction européenne parce qu’il en signe un affaiblissement brutal (imagine-t-on qu’on baisse le budget de l’état français de 11% ?) et ceux qui s’opposent aux politiques d’austérité budgétaire parce que cette baisse en est un exemple extrême. Enfin, le chantage au risque de blocage est ridicule : il ne fait pas de doute qu’un rejet par une majorité importante au parlement européen forcera bel et bien le Conseil à revoir sa copie, même au prix d’une crise majeure avec le Royaume-Uni. Alors un petit effort s’il vous plaît, on ne vous demande pas de rejeter le budget français, mais de laisser simplement la démocratie faire son travail au niveau européen. Si vous voulez faire quelques recommandations additionnelles, elles pourraient porter sur la diminution en proportion du budget total de la part du budget agricole européen qui finance les grands céréaliers au profit des actions de cohésion sociale et d’investissements accrus dans l’environnement, la recherche, l’innovation et la culture, notamment par l’accroissement du financement à 100% de projets dont les résultats sont diffusés sous un statut de biens communs. Voir par exemple ce texte sur les politiques européennes culturelles et la justice sociale.

Un seul commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires