Ce que les cinéastes français ont appris de l’HADOPI

100 cinéastes européens ont signé une lettre appellant les parlementaires européens à soutenir le rapport Gallo. Rien de surprenant, me direz vous, à chaque fois que les sociétés de gestion de droits et autres lobbys professionnels leur demandent, les personnalités du cinéma ont toujours répondu présent sans trop y regarder. Faux. Regardez mieux: vous ne verrez que 2 ou 3 français égarés sur la liste, alors qu’ils en fournissent habituellement le contingent le plus important. Au début des débats sur la loi HADOPI, ils signaient pourtant une lettre de soutien rédigée par la SACD sans avoir rien lu de la loi HADOPI. Mais voilà, deux ans de débat plus tard, ils ont appris quelque chose. Tous n’ont pas eu le courage de signer la Lettre aux spectateurs citoyens par laquelle 29 d’entre eux s’opposèrent à la guerre conduite contre le public. Mais bien peu sont chauds pour se faire embrigader dans une nouvelle guerre au partage. Encore un effort citoyens cinéastes européens !

This post is also available in: English

Un seul commentaire

  • Complément: l’effectif français est aussi réduit pour une lettre signée par les artistes (entendre ici chanteurs), mais hélàs certains opposants à l’HADOPI n’ont apparemment pas compris que le rapport Gallo est du même tabac :
    Yannick Noah (France)
    Françoise Hardy (France)
    Keren Ann (France)
    Roch Voisine (France)
    Natasha St Pier (France)
    Serge Lama (France)
    Solal (France)
    BB Brunes (France)
    Michel Sardou (France)
    Thomas Dutronc (France)
    Arielle Dombasle (France)
    Julie Zenatti (France)
    Idir (France)
    Zazie (France)
    Jérémie Kisling (France)
    Amandine Bourgeois (France)
    Shy’m (France)
    William Baldé (France)
    Maeva Méline (France)
    Melissa Mars (France)
    Ours (France)
    Doremus and Doremus (France)
    Jacques Dutronc (France)

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires