Ce monde lointain qui est le notre

Je n’avais jamais vu un spectacle de Sidi Larbi Sherkaoui. Peut-être l’ai-je vu danser à PARTS, l’école d’Anne-Teresa de Keersmaeker où nous allions parfois en voisins à Bruxelles, mais je n’en suis pas sûr, et c’était avant qu’il ne devienne un chorégraphe connu. C’était cours de rattrapage hier pour « Foi » le premier morceau de son triptyque.

C’est un voyage qui vous emmène dans un monde lointain, que l’on reconnait pourtant car c’est le notre. En dire de plus, ce serait en dire de trop.

C’est trop tard pour le premier, mais vous pouvez allez voir les deux autres volets.

This post is also available in: English

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires