Plouf

Alain Duhamel publie aujourd’hui une très surprenante chronique dans Libération sous le titre « Totale transparence ». Elle est consacrée à la diffusion de la vidéo montrant Brice Hortefeux tenir des propos estimés par la plupart des observateurs comme racistes durant l’université d’été de l’UMP. Deux phrases illustreront l’essentiel

Dans l’affaire Brice Hortefeux, il n’y a qu’une victoire, celle des vidéos, et qu’un triomphe celui d’Internet : une fois de plus, la Toile a imposé son règne.

La vidéo des amateurs démontre qu’une prouesse technologique peut tourner au désastre éthique et mental.

Ce qui étonne est qu’Alain Duhamel ose mettre en avant un argumentaire qui a été démonté point par point par une excellente analyse de Xavier Ternisien dans le Monde d’hier, après une très bonne mise en perspective de Damien Leloup 3 jours plus tôt. Sur Internet, M. Duhamel, il est recommandé de prendre connaissance de ce que les autres ont dit avant de s’exprimer, et de répondre à leurs arguments quand on est en désaccord avec eux. Cette bonne pratique pourrait éventuellement s’étendre aux éditorialistes de presse. Pour ne pas tomber dans le travers consistant à ignorer la diversité des points de vue, je signale l’analyse plus favorable à l’éditorialiste publiée sur Arrêt sur Images. Elle rapporte des éléments de possible motivation par une expérience passée, qui à mon sens ne justifient pas de construire une généralisation à base de faits inexacts (« vidéo des amateurs » par exemple).

Ah, au fait, oui, la totale transparence serait un enfer. Et il y a bien besoin des internautes qui ont appris à vivre avec ce risque et à le contrer pour l’éviter.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires