La haine de l’espace public

Sharing cover

Les débats en cours sur le projet de loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme sont instructifs. Ils jettent un éclairage cru sur la volonté d’une partie importante de la classe politique de contrôler ou mettre sous l’éteignoir l’espace public numérique. Ils éclairent plus encore l’immense frustration qui saisit ces politiques quand ils ne parviennent plus à maîtriser les débats dans l’espace public.

La volonté de contrôle et parfois de censure se manifeste dans les dispositions du projet de loi lui-même bien au-delà du périmètre de la lutte contre le terrorisme, comme en témoignent les débats qu’on pourra suivre sur l’édition Libres enfants du numérique co-animée par Mediapart et La Quadrature du Net. Mais c’est plus encore dans les débats qui entourent le projet de loi que l’on découvre une véritable haine contre tout ce qui s’oppose à cette volonté de contrôle.

Lors de la concoction, puis l’adoption de l’article 20 de la Loi de programmation militaire fin 2013, les commentateurs sur internet avaient été lents à réaliser les enjeux en matière de droits et libertés d’une loi de programmation budgétaire militaire. Lorsqu’ils se sont réveillés, ce retard à l’allumage a été utilisé comme excuse pour les limites de la délibération de ses enjeux.

Rien de tel avec le project actuel. Depuis son adoption fin avril en conseil des ministres et surtout depuis son inscription à l’ordre du jour du parlement en procédure d’urgence, les associations actives en matière de libertés dans l’espace numérique et celles qui défendent les droits fondamentaux dans l’espace public en général sont vent debout contre le projet. Elles sont qui plus est fédérées dans des campagnes communes comme celle initiée par La Quadrature du Net. L’analyse détaillée que j’ai produite et celle du Syndicat de la Magistrature ont suscité le courroux (ici et ) de Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois à l’assemblée nationale, grand défenseur de l’article 20 de la LPM, et par ailleurs membre de la Commission Nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité. Mais cela n’était encore que petites escarmouches.

Là où les choses deviennent sérieuses, c’est quand l’espace public numérique, auquel seul une petite partie des députés est vraiment attentif, se met à avoir des effets en retour sur les médias classiques comme la presse ou la télévision. Or voilà qu’à l’occasion de début hier du débat en plénière à l’assemblée nationale sur le projet de loi, Le Monde se fend d’un éditorial non signé (donc exprimant le point de vue du journal) sous le titre Terrorisme : un projet de loi dangereux? Cet éditorial reprend une part significative des critiques exprimées dans l’espace public numérique. À peine quelques heures après sa parution, Bernard Cazeneuve s’emporte contre ces critiques à la tribune de l’assemblée où il défend son projet. Il déclare notamment à propos de l’interdiction de sortie de territoire prononcée à l’égard de ceux dont il y aurait « de sérieuses raisons de croire » qu’ils veulent se rendre sur un théâtre d’opérations terroristes dans des conditions qui les rendraient susceptibles à leur retour en France de commettre eux-mêmes des actes terroristes :

J’ai lu aujourd’hui avec consternation dans un quotidien habituellement considéré comme sérieux que l’avocat dont pourra se faire assister la personne mise en cause ignorera tout du contenu du dossier de son client.
C’est faux.
Comme cela est déjà admis aujourd’hui dans le cadre de procédures d’expulsion, le dossier pourra comprendre des « notes blanches » réalisées à partir du travail des services de renseignement. Le contrôle juridictionnel s’attachera aux seuls éléments figurant dans ce dossier, déclassifiés, et qui seront soumis au contradictoire. L’administration ne pourra se prévaloir devant le juge d’éléments classifiés qu’elle garderait par devers elle.

Nul doute que le ministre pense ainsi clore le débat en renvoyant la rédaction du Monde à sa déférence habituelle devant toute invocation de la raison d’État. Mais manque de pot, ce que Le Monde affirme là (comme dans le reste de l’article) est parfaitement exact. Car le propre des notes blanches (qui ont plus d’une fois défrayé la chronique), c’est que les services y mettent – et surtout y omettent – ce qui les arrange. L’avocat, comme le Monde l’affirme, ignorera tout des éléments potentiellement à décharge qui se trouveront dans le dossier classifié de la personne qu’il défend ou des conditions douteuses dans lesquelles les éléments à charge (de suspicion) auront été collectés. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la mauvaise foi absolue et de l’arrogance avec lequel toutes les critiques issues de l’espace public ont été ignorées par le gouvernement et ses relais ou instigateurs à l’assemblée nationale.

Mais l’espace public est résilient. Il s’y construit lentement une compréhension qui balayera les dénis. Pourvu qu’il ne soit pas trop tard.


Cérémonie matinale

Cela se passe devant le kiosque. Visage familier et sympathique, mais je ne le reconnais pas. Pendant que je fouille mes poches pour trouver de quoi payer le Libé du jour, il m’aborde : « Alors Libé ou Parisien ? ». Puis devant mon hésitation et me montrant le Figaro : « Il y a d’autres choix ». J’objecte que non, il […]


Le nerf de la paix

N’hésitez pas à reprendre ce texte qui comme le reste de ce blog est soumis aux termes de la licence CC-By-SA. Il y en a qui disent que le fric c’est le nerf de la guerre, mais ici, je voudrais vous convaincre que dans le cas particulier des dons à La Quadrature du Net (et […]


Neutralité des plateformes ?

Le Conseil National du Numérique vient de publier un rapport sur la neutralité des plateformes numériques1. Ce rapport fait suite à un précédent rapport sur la neutralité du net dans lequel le conseil avait proposé d’étendre le concept de neutralité au-delà des réseaux aux plateformes. Le sous titre du présent rapport est « réunir les conditions […]


L’asile politique pour Edward Snowden maintenant !

Signez le manifeste publié par L’Express. Consultez ce communiqué de La Quadrature du Net qui invite à ne laisser personne oublier Edward Snowden.


Définir les communs (vidéo)

Une vidéo filmée dans le cadre du projet Remix the Commons, à l’occasion de la Conférence L’économie et les communs à Berlin en mai 2013, réalisée par Alain Ambrosi et Frédéric Sultan [Communautique et Gazibo), avec le soutien de la Fondation pour le Progrès de l’Homme (FPH Charles Léopold Mayer). Licence CC-By-SA comme le reste […]


Pacte d’irresponsabilité

D’après divers articles de presse, le président de la République s’apprêterait à avancer l’annonce du pacte de responsabilité en réponse au désaveu que lui a infligé l’abstention des critiques de gauche. Cette réaction est surprenante et démontre une grave obstination dans l’erreur. En effet, c’est très largement parce qu’ils ont anticipé la politique du pacte […]


L’affaire Snowden et au-delà

Hier avait lieu à la Maison de l’Amérique latine un débat autour du livre d’Antoine Lefébure, L’affaire Snowden. L’enregistrement sonore de ce débat sera bientôt en ligne sur le site de La Quadrature du Net. L’affaire Snowden est le livre de référence pour situer l’ensemble des révélations d’Edward Snowden et des éléments qui ont suivi […]


Si nous produisions comme des êtres humains…

Je n’ai pas écrit sur ce blog depuis le 17 décembre. Jamais interruption ne fut si longue depuis qu’il existe. C’est que je bouillonne d’incertitude sur comment attraper les possibles qui nous échappent. En attendant, je lis, je dévore même. Et dans le petit opuscule de Dominique Méda Travail : la révolution nécessaire, j’ai trouvé […]


Les dangers méconnus de l’article 20

A la fin de la partie de l’émission Ce soir ou jamais du 13 décembre consacrée à l’article 20 de la Loi de programmation militaire etc., Frédéric Taddéi demanda aux intervenants : alors dites-moi, est-ce qu’un policier, un douanier, un inspecteur des impôts pourra accéder à toutes nos données sur internet ? (je cite de mémoire mais […]


Voilà c’est plié…

Une succession d’orateurs sûrs de leur bon droit et confits dans l’union nationale autour de la défense ont adopté le texte de la Loi de programmation militaire issu de l’Assemblée nationale, y compris son article 13, et c’est donc terminé (contrairement à ce que nous avions annoncé dans plusieurs textes, l’Assemblée Nationale n’aura plus à […]


Surveillance généralisée ou sursaut démocratique ?

Attention : correctif, si le Sénat vote conforme, le texte ne reviendra pas du tout à l’Assemblée. Il est donc indispensable qu’au moins un amendement soit adopté par le Sénat. Précisions : les déclarations de Jean-Jacques Urvoas et de Jean-Pierre Sueur, présidents des commissions des lois respectivement à l’Assemblée et au Sénat selon lesquelles le […]


Les parlementaires vont-ils consentir à la démocrature ?

Après un certain retard à l’allumage, les réactions à l’inclusion dans l’article 13 de la Loi de programmation militaire de mesures rendant possible une surveillance généralisée des informations et communications sur internet donne lieu en ce moment à de nombreuses prises de position. Gilles Babinet, nommé en juin 2012 ambassadeur français du numérique auprès de […]


Internet, données et surveillance (Pecha Kucha)

Pour visualiser les images en grand format, accédez au billet en cliquant sur le titre plutôt que d’utiliser la page d’accueil du site. Vous pouvez télécharger le code vous permettant de créer un pecha kucha en ligne de votre confection.


Tourbillon

Voir la note de bas de page pour une explication du contexte de cette chronique1. Cinq personnes au fond de la scène, devant un mur réfléchissant. Immobiles, régulièrement espacés. Sur la gauche, une batterie, les ustensiles habituels de la musique électronique et un musicien, immobile lui aussi. Une attente qui paraît longue, tendue. Puis l’un […]