Le numérique, les états, la surveillance et nous

Sharing cover

Je publie ici la première partie de mon intervention à la librairie Ombres Blanches de Toulouse le 11 novembre 2016. Le deuxième partie, consacrée à « Pourquoi faire littérature autour de la surveillance ? » se trouve sur le blog de publie.net.


Je vais essayer d’organiser le temps de cette rencontre en deux parties. La première sera consacrée à ce qu’ailleurs on appelle faire le libraire d’un soir. Je vais effectuer un tour d’horizon de quelques livres que je crois importants pour comprendre non seulement le développement actuel de la surveillance numérique, mais ce qu’elle nous fait ou fait de nous et ce que nous pouvons faire. En particulier de pourquoi ne pas jeter le numérique avec ce qu’en font les puissances qui s’en sont emparé. La seconde partie abordera le rôle spécifique de formes actuelles de l’activité littéraire pour aider les individus et le collectif mis à mal par l’égarement médiatique et numérique à se reconstruire.

Nous avons deux heures, c’est à dire 1h45 en mathématique des rencontres. J’essayerai – quitte à m’arrêter en chemin – de laisser 20’ pour des échanges dans chaque partie. Donc on ne va pas flâner, mais quand même j’espère prendre le temps.

Racines et âge numérique de la surveillance

Commençons par un livre récent (2014) qui aborde au passage un passé assez lointain, L’affaire Snowden d’Antoine Léfébure1. Antoine Lefébure, avec qui nous explorons ces questions depuis 1976 (et lui a commencé en 1975), est historien des médias et de leurs relations aux états. L’affaire Snowden est une relation détaillée et instructive des révélations d’Edward Snowden et des réactions qui ont suivi. Il les met en perspective dans un contexte plus large, notamment celui de la dénonciation par Duncan Campbell à partir de 1988 du système Échelon de surveillance générale des communications par satellite et câble sous-marin mis en place par les États-Unis et quatre de leurs alliés anglo-saxons (les five eyes). Mais, à l’occasion, Antoine Léfébure renvoie aussi à des antécédents beaucoup plus anciens de la surveillance de masse, mis en place par l’église catholique au 12e et 13e siècles. Il souligne trois éléments très instructifs de ces précédents médiévaux :

  • le fait que la surveillance s’exerce dans le secret au nom d’une raison supérieure : comme les condamnés de La Colonie Pénitentiaire de Kafka qui ignoraient le motif de leur sentence et ne la découvraient qu’au terme de son exécution, les victimes de l’inquisition vont ignorer les charges qui pèsent sur elles et devoir se défendre à l’aveugle,
  • le projet d’un gouvernement des âmes qui pourtant repose sur l’hypothèse de la liberté de l’esprit et enfin,
  • la grâce aux repentis pourvu qu’il confessent toutes leurs coupables relations avec l’hérésie, qui par leurs révélations permet d’identifier des hérétiques qui ne sont pas auto-incriminés.

L’important, pour ce qui va suivre, c’est la notion de gouvernement des âmes. Mais on va voir qu’il ne s’agit plus exactement de gouvernement (dans le sens de donner une direction), ni seulement des âmes.
Lire la suite

  1. La Découverte, février 2014. []

Encore une fois ?

Je republie ici une tribune parue sur le site de La Quadrature du Net. Encore une fois. Mais encore quoi ? On ne sait même pas. Encore des dizaines de morts, des blessés en plus grand nombre. Encore un être humain1 qui les a emportés dans sa trajectoire de violence et d’autodestruction et qu’on présente […]


La militarisation de la post-démocratie

Il y a des fois où il faut savoir mettre les pieds dans le plat. Cela fait un moment que je sais que les responsables les plus dénués de scrupules de l’oligarchie post-démocratique feront tout pour tuer dans l’œuf toute opposition radicale (veut dire : qui prend les choses par la racine), même si cela doit […]


Ne demandez pas à Nuit Debout de ressembler à nos vieilles attentes

Ce texte a suscité un commentaire critique de Joachim Séné sous le titre Fragment d’un débat en cours auquel j’ai ensuite répondu en commentaire à son billet. Suite à ce débat, j’ai préféré modifier le titre de mon billet initial en remplaçant « illusions » par « attentes ». C’est toujours difficile de parler de l’intérieur de quelque chose […]


Personne n’ira à notre place

Il y a plus de 120 organisations nationales et des dizaines de groupes locaux qui appellent à sortir de l’état d’urgence, à s’opposer à son inscription dans la constitution, aux lois qui installent progressivement un état policier et à la déchéance de nationalité. Les manifestations organisés dans de nombreuses villes françaises (carte en cours) le […]


Numérique, travail et valeur

Chroniques et débat sur France-Culture ce matin avec Benoit Bouscarel, Brice Couturier et Daniel Cohen sur l’impact du numérique sur l’emploi et les droits sociaux. Profondément frustrant, mais néanmoins occasion de rebondir. Ces commentateurs se sont enfin rendus compte de ce que nous savons depuis quarante ans, à savoir que si le développement du numérique […]


L’infamie ne doit pas cacher la mise en place d’un état policier

Dans son blog du Monde, Thomas Piketty a caractérisé comme infamie le projet de déchéance de la nationalité pour les bi-nationaux même nés français, projet dont il apparaît de plus en plus qu’il est poursuivi avec acharnement par François Hollande, y compris dans l’éventualité d’une opposition parlementaire. Thomas Piketty le décrit comme créant : une inégalité […]


Je ne pavoiserai pas

Je ne répondrai pas à l’injonction gouvernementale d’ornementer la fenêtre devant laquelle j’écris du drapeau tricolore. L’émotion, je la ressens, bien sûr pas comme ceux qui ont été touchés directement, pris dans l’horreur ou ceux qui y ont perdu des proches, mais elle a creusé son chemin en moi et elle y est entrée comme […]


De l’action par mauvais temps

Je tente ici un exercice périlleux. Celui de mobiliser en partageant doutes et espoirs plutôt qu’en invoquant diverses catastrophes. Il ne manque pas de ces dernières et elles suscitent de fortes réactions. Mais au bout du compte le catastrophisme prive chacun de l’essentiel, la capacité à construire le futur avec les autres. En entendant sans […]


TVA, presse indépendante et biens culturels

Je viens de faire un don à chacun des deux médias indépendants en ligne auxquels je suis abonné, Mediapart et @rrêt sur images. Je vous invite à faire de même car l’existence de ces médias est une des conditions de développement de nos démocraties en gestation face à la dérive oligarchique et post-démocratique. Tous deux […]


Droits fondamentaux : le naufrage des socialistes français

Maj : les socialistes ont réussi à obtenir le retrait de la 4e partie : honte à eux. Complément après analyse des votes : les partis de droite de gouvernement (PPE et ECR) ont voté pour le retrait des parties 2 et 4. Les S&D ont voté en très grande majorité pour le maintien de ces […]


Une avancée importante pour le droit de savoir et une occasion manquée pour les droits culturels

Je republie ici la contribution qu’Edwy Plenel et moi avons effectuée en annexe au rapport de la Commission ad-hoc de réflexion et de proposition sur le droit et les libertés à l’âge numérique, rapport remis au président de l’Assemblée nationale aujourd’hui. Cette contribution est également mise en ligne dans l’édition Libres enfants du numérique de […]


Le fondamentalisme propriétaire, ses polices et la pollution du partage

Disclosure : je suis actionnaire de la SAS Créateurs et associés, éditrice de la marque publie.net. Cela fait une dizaine d’années que j’affirme que ceux qui refusent de reconnaître la légitimité du partage non marchand des œuvres (physiques ou numériques) comme droit culturel fondamental ne reculeront devant rien pour éradiquer tous les précédents de cette […]


L’agonie d’une certaine Europe

Jour après jour, la politique des institutions et des États européens à l’égard de la Grèce nous donne un spectacle macabre, celui de l’agonie d’une certaine Europe. Si nous voulons demain, après sans doute des moments plus difficiles encore, en reconstruire une autre, il est indispensable que nous prenions conscience de ce qui est en […]


C’est par où qu’on s’insurge ?

Il y a des matins comme ça. Enfin, ça a commencé hier soir, avec ma découverte de la publication dans le Handelsblatt des demandes détaillées de la Troïka sous forme de marques de révision par rapport à l’état des propositions grecques antérieures. Jugez par vous-mêmes en lisant l’ensemble. C’est un cas remarquable d’acharnement idéologique et […]